Partition pour sculpture textile

Depuis la mi-janvier, l’artiste Lucie Bayens s’est installée dans « son appartement » du nouveau Quartier Général rue Pergaud. Là, elle entame la dernière ligne droite de son installation « Sous les arbres la mer ». Une création qui s’enracine dans le quartier !

Une fenêtre plein ouest, davantage de hauteur de plafond et bien sûr ses drôles de créatures de laines et de tissus accrochées aux murs : dans son nouvel atelier du 4 rue Louis Pergaud, à Cenon, Lucie Bayens a tout de suite pris ses marques. « C’est ma nouvelle grotte mais avec de la lumière », s’amuse-t-elle en faisant allusion à la petite pièce aveugle qu’elle occupait dans le QG précédent de panOramas. Ici, en, effet, elle est en prise avec le quartier : de la baie vitrée qui occupe tout un pan de son atelier, elle est vue et elle voit. D’ailleurs, de l’autre côté de la rue, une petite troupe se profile.

« Les voilà ! ». Lucie Bayens reçoit dans son nouvel atelier Gaëtan Martin, le directeur de l’École Municipale de Musique de Cenon, située à deux pas du QG ; Élisa Dignac, professeure de violoncelle dans cette école et quelques élèves. « J’avais envie d’un environnement sonore, on a échangé avec l’équipe de l’École de musique, Élisa était partante et elle a composé une pièce pour 17 violoncelles qui sera la bande-son de ma création ! », indique Lucie Bayens. « Mon projet se construit au fil des rencontres, c’est un peu comme une partie de ping-pong, je suis ravie, c’est vraiment un projet participatif et collaboratif », poursuit l’artiste plasticienne.

Pour écrire cette « bande-son », Élisa Dignac s’est bien sûr nourrie du travail artistique de Lucie Bayens et notamment de sa « dimension aquatique » : sa partition, en deux mouvements, le premier intitulé Flots et le second Abysses, joue sur les aiguës puis les graves et convie les auditeurs à plonger dans une écoute visuelle : c’est à la tombée de la nuit, le 23 juin, que les élèves de l’école de musique la joueront pour la première fois en public et en live dans le parc Palmer, lors de l’inauguration de l’installation « Sous les arbres la mer ». A noter : un enregistrement, prévu en avril dans le studio de la ville de Bassens, permettra que cet accompagnement musical soit diffusé ensuite à chaque « accrochage » du projet de Lucie Bayens, comme ce sera le cas à la salle du Bois Fleuri de Lormont en décembre 2021.

Dans le petit atelier du 4 rue Louis Pergaud, les 6 élèves violoncellistes découvrent les sculptures textiles inventées par les Tricoteuses. Tandis que Lucie Bayens leur explique la genèse de son projet artistique : explorer le plancton, « phyto et zoo », à partir de matières « glanées » et via les techniques du tricot, couture et autres crochets, pour, in fine, créer un univers « aux couleurs de l’arc-en-ciel » où « dialoguent les éléments, comme les pratiques artistiques ». Les élèves écoutent et observent, fascinés par les couleurs et les matières. Ils apprennent que Lucie Bayens envisage de leur faire porter une sorte de costume pour leur prestation au Parc Palmer : « J’ai demandé aux Tricoteuses de vous confectionner une espèce de bonnet de laine dans les tons vert ». « On sera un peu aussi des créatures ! », s’exclame une jeune violoncelliste. « Pourquoi pas un masque en laine plutôt ? », lance une autre élève. « Bleu comme cette pelote », continue une autre. La conversation est lancée. L’idée du masque tricotée semble germer. « C’est vrai que des bonnets en juin… Et puis les masques, ils seront certainement encore obligatoire ». Il est 17h45, le QG doit fermer, les élèves regagner l’école de musique.

C’est finalement le lendemain, le 4 février, lors d’une rencontre avec ses fidèles tricoteuses, que Lucie Bayens a tranché entre masques ou bonnets. « On a décidé que ce ne sera ni l’un ni l’autre : les tricoteuses vont coudre et tricoter de petits éléments que les élèves pourront mettre dans leurs cheveux, sur leurs vêtements. »

Rendez-vous le 23 juin pour découvrir in situ et de visu, cette création protéiforme et onirique.

Texte et photos : Aline Chambras

 

 

 

réseaux sociaux