Un artiste en résidence pour la Nuit Verte 2022

 

La Biennale panOramas invite des artistes à côtoyer le territoire de la rive droite afin de s’en imprégner. Benjamin Moukarzel alias Geörgette Power prend peu à peu ses marques dans un atelier situé au sein de l’immeuble que l’équipe panOramas occupe temporairement.

Artiste visuel, il travaille le son et la vidéo et compose des installations. Sa recherche s’imprègne souvent du paysage environnant, qu’il soit montagneux, linguistique ou numérique. Aussi, il suit tous les lundis des cours d’arabe, apprentissage qui nourrit son travail artistique.

Ici à Cenon, Geörgette s’intéresse aux voix de synthèse, à leurs manifestations et à leurs origines.

Tous les matins, il gravit les côteaux et rejoint à bicyclette le Quartier Palmer. Son procédé d’écriture est à l’image de ce trajet : une route sinueuse et patiemment empruntée.

Qu’est ce qu’une voix de synthèse ne peut pas faire ? Bailler, respirer, soupirer, siffler ? Qu’est ce qui a pu être la première voix de synthèse ? Une voix de synthèse est-elle une parole ? Quand devient-elle une langue ?

Pendant sa résidence, jusqu’au 15 janvier 2022, Geörgette Power rencontrera des voix, celles des habitants ou travailleurs du Quartier Palmer qui l’aideront à répondre à ces questions. Il croisera aussi les chants des oiseaux, les bruits d’insectes et les grincements de branches qui habitent le Parc des Côteaux et les quartiers alentours.

Son projet artistique sera présenté au Parc Palmer pour la Nuit Verte 2022.

 

Plus d’infos ici sur le travail de Geörgette Power

réseaux sociaux